La lutte pour les pauvres en Bolivie - le chevalier de la Barre

Publié le

Le président Morales, fidèles à ses promesses, veut redistribuer les terres agricoles actuellement et depuis toujours aux mains de quelques grands propriétaires terriens. De même il veut que la manne pétrolière pétrolière profite à tous.
Les indiens de Bolivie et d'ailleurs ont toujours été considérés comme des sous-hommes par l'oligarchie blanche. L'arrivée de Morales au pouvoirfut un véritable séisme pour les riches. Les complots et manoeuvres diverses ont donc commencé. Les plus favorisés se sont soulevés comme un seul homme contre cet homme dont le rêve est de voir ses compatriotes, indiens être considérés sur un même plan d'égalité que les blancs riches. Plus triste encore, ils ont réussit à entraîner des indiens naïfs et cupides payés pour manifester.
Croire que les USA vont longtemps laisser faire le président sans réagir relève de l'utopie la plus folle. Bien sûr, les gendarmes du monde ne vont pas intervenir dans les prochaines se maines. Mais la CIA fourbit ses armes... Souvenons-nous d'Allende.

A Paris, ce jour, a lieu une manifestation laïque d'hommage au chevalier de la Barre. Celui-ci, pour mes compatriotes qui le connaitraient mal, avait refusé de saluer une procession, y allant de quelques réflexions déplaisantes pour le clergé tout-puissant. Quelques jours plus tard on constata que des crucifix avaient été mutilés. Le responsable était tout désigné : de la Barre, bien sûr.
Notre homme, dont rien n'a jamais démontré qu'il ait été l'auteur des faits, fut arrêté, "travaillé" par le bourreau afin de le faire avouer, condamné à avoir la langue tranchée et à être décapité, ce qui fut fait, à la grande joie des bigots de la région. Le bourreau n'était autre que Samson, fils de celui qui allait un peu plus tard, raccourcir Louis XVI.
Une statue fut élevé au martyr, dans le XVIIIe Arrondissement de Paris. Il y a quelques décennies elle fut détruite. La ville de Paris décida d'en faire élever une autre. Colère de feu Mgr Lustiger, car la procession que celui-ci organisait chaque année, avec comme service d'ordre des nervis d'extrême-droite, devait passer devant le blasphémateur. Colère inutile d'ailleurs. La statue resta là où, encore aujourd'hui, elle se trouve.

Nous sommes dimanche, jour du Seigneur. Le dimanche ont ne boulotte pas. Recommandation inutile en ce qui me concerne, car ma ligne de conduite est d'en faire le moins possible, le dimanche comme durant la semaine. Pour paraphraser Churchill : "Pour vivre vieux il faut fumer, boire et surtout... ne pas travailler!". Les deux premières conditions... je suis dubitatif. maisen ce qui concerne la troisième j'adhère !

Bon apéro à tous, bon appétit et faites honneur au petit salé aux lentilles préparé avec amour par votre conjoint. Bonne sieste (indispensable), et profitez du beau temps. Ici à Spa le soleil est présent mais le baromètre descend, alors faites votre joging hebdomadaire. Personnellement mon record est de 3',20" pour 200 mètres. Faites mieux si vous le pouvez.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nicolas dupond 22/09/2008 11:16

J'avais bien compris le but de ton post que j'ai par ailleurs apprécié.

D'ailleurs, j'ai fait référence à la "haine de curé".

Jacques Cécius 22/09/2008 09:49

Tu as raison, de quel côté de la Barre se serait-il situé lors de la Révolution ? Mais je voulais attirer l'attention sur ce qu'était l'Eglise et sur le sadisme qui l'animait.
Quant à la gauche je suis d'accord. D'ailleurs, existe-t-elle encore ? Gémissons, Gémissons, mais espérons...

nicolas dupond 22/09/2008 09:15

Concernant la situation en Bolivie, on ne peut qu'accuser une fois de plus les USA.

Je vais me faire un plaisir "Mort à l'Impérialisme Américain".

Pour l'affaire du chevalier de la Barre, il faut savoir que celui-ci était issu d'une famille d'assez haute noblesse (mais il n'était pas l'aîné d'où son "simple titre" de chevalier). Qui plus est il était capitaine, chef de compagnie, au régiment du roi.

Au regard des us de l'ancien régime, ce n'était pas n'importe qui. Quant aurait il était si c'était un paysan qui était accusé des faits reprochés.

cela montre bien que les bigots dirigeaient à l'époque et qu'il ne faut pas revenir à ces temps. N'existe-t'il pas une expression "une haine de curé"?

Mais l'ironie de l'histoire est que des anars et des libres penseurs ont pris comme porte drapeau un aristocrate d'assez haute noblesse.
Qui sait, s'il n'avait pas eu le courage de professer ses idées anticléricales, il aurait participé à la répression de la révolution française (notamment le 14 juillet 1789) vu qu'il aurait eu environ 50 ans à cette époque (quoiqu'on n'y vivait pas vieux), peut être à la tête d'un régiment (s'il avait acquis les moyens pour l'équiper et en payer la charge).

En effet, l'anticléricalisme ne va pas toujours avec progressisme (cf certains mouvements paganistes anti religieux).

Quand à Lustiger, je ne le savais pas d'extrême droite, d'autant plus qu'il était israélite et que sa famille est morte en déportation. Il n'est pas rancunier!!!