Ces progressistes qui furent spirites !

Publié le

Le spiritisme moderne naquit aux Etas-Unis, dans une famille modeste, les Fox. Les filles Fox affirmaient entendre des coups frappés sur les meubles et les murs. Elles mirent au point le système bien connu : 1=A, 2=B, 3=C, etc... et délivrèrent ainsi des messages venant de l'au-delà !
Mais le codificateur de spiritisme fut Denizard, Hippolyte, Léon Rivail (1804-1869), mieux connu sous le speudonyme d'Allan Kardec. Sa tombe, en forme de dolmen, est sans conteste la plus fleurie du cimetière du Père Lachaise, et est un véritable lieu de pèlerinage.

L'objet de cet article n'est pas de décrire ce qu'est la doctrine spirite. Chacun sait que la finalité du spiritisme est de s'entretenir avec les personnes décédées, lesquelles renaîtrons un jour. La devise de Kardec était "Naître, vivre, mourir, renaître un jour, progresser sans cesse, telle est la loi".
Très vite le spiritisme connu un véritable engouement, et non pas seulement chez les personnes affligées par un décès et désirant s'entretenir avec un disparu (un désincarnée pour employer le jargon spirite), via un médium. En effet, des scientifiques, comme Camille Flammarion ou Charles Richet, des artistes comme Sardou, des écivains comme Victor Hugo, des hommes politiques comme Sadi Carnot, et j'en passe, furent séduits par la doctrine nouvelle.

Victor Hugo s'adonna au spiritisme alors qu'il menait la vie de proscrit à Jersey et Guernesey. Il affirmait s'entretenir avec des êtres chers, notamment sa fille Géraldine. Bien que laïc convaincu, qui exigea dans son testament  des obsèques civiles, il affirma sa foi en Dieu dans ce document  : Je demande une prière pour les morts, je crois en Dieu.".
Auparavant, lors des funérailles de son fils François-Victor il avait prononcé ces mots : Je vous remercie au nom de l'âme qui vous écoutait. Le cercueil est une oreille ouverte. On y entend déja le ciel et on y entend encore la terre : votre voix arrivait jusqu'à lui gisant comme corps et planant comme esprit.

Jean-Maptiste Godin, lequel professait des idées fourriéristes, et qui mena une carrière d'industriel soucieux des conditions de vie de ses ouvriers, fit bâtir, non loin de son usine où étaient fabriqués des poèles en fonte, un phalanstère, avec logements éclairés et confortables, école, théâtre, etc... Ce bâtiment existe encore, a été restauré et vaut une visite. Godin était un visionnaire. Le phalanstère de Guise est un chef-d'oeuvre, comparé aux H LM qui ne  font pas honneur à la France. Député du département de l'Aisne, franc-maçon à la loge Thélème de Paris, il fut un pratiquant spirite, et se dévoua pour que les idées d'Allan Kardec fussent  vulgarisées.

Léon Denis, successeur d'Allan Kardec à la tête du spiritisme français, était résolument de gauche. Cet autodidacte fut un auteur prolifique d'ouvrages consacrés au spiritisme. Mais il était également un militant, ami du fondateur de la Ligue de l'Enseignement, Jean Macé, auteur de "Le profession de foi d'un communiste", franc-maçon à la loge Les Frères Réunis de Strasbourg. Ensemble les deux hommes luttèrent pour que le peuple puisse s'instruire, et que l'enseignement public, celui de tous, soit défendu.
Léon Denis écrivit moult ouvrages, dont Après la mort probablement son livre le plus répandu. Il fréquenta Jaures qui l'estimait. A sa mort ses funérailles, il l'avait demandé, furent présidées par un pasteur de l'Eglise réformée. Il est enterré au cimetière de Tours. Il avait été membre de la loge Les Démophyles établie en cette ville.

D'autres personnalités progressistes s'intéressèrent de près au spiritisme, telle George Sand qui écrivit Nous pouvons regarder cette terre comme un lieu de passage, et compter sur un réveil plus doux dans le berceau qui nous attend ailleurs. George Sand était une réincarnationniste convaincue.

Comme vous vous en doutez, il ne s'agit pas ici d'un plaidoyer pour le spiritisme, mais du plaisir pour moi de donner des détals parfois ignorés, et curieux,  sur de grands personnages. Néanmoins, le protestant libre que je suis tient à rapporter ces mots de Marie Curie, après une séance spirite Cela est absurde, mais cela est !

Avant de conclure je tiens à démentir ce que j'ai lu dans un article consacré au spiritisme et à remettre les choses en place : 1) Kardec ne fut jamais spirite - 2) Léon Denis le resta toute sa vie.

Commenter cet article

piotr 27/09/2008 17:09

Bien que laïc convaincu, qui exigea dans son testament des obsèques civiles, il affirma sa foi en Dieu dans ce document : Je demande une prière pour les morts, je crois en Dieu.".

Des funérailles dites religieuses ne sont en fait qu'un accompagnement d'une communauté à une famille dans la peine et donc des funérailles civiles me conviennent parfaitement car ce n'est pas un sacrement.

funérailles laïques assurances-obseques.biz 07/04/2015 18:23

c'est étonnant de vouloir des obsèques laïques et de croire en Dieu vu de l'extérieur. Comment ca ce n'est pas un sacrement?

Jacques Cécius 24/09/2008 16:17

Erratum :

In fine de l'article il faut lire 1) Kardec ne fut jamais maçon, 2) Léon Denis le resta toute sa vie.

nicolas dupond 24/09/2008 13:40

Je profite de ce post pour réaffirmer que la visite du phalanstère de Guise (02) vaut le détour.

C'est une réalisation allant droit dans l'esprit socialiste (pas ceux d'aujourd'hui, du moins en ce qui concerne les élus).

Ce sont des logements encore modernes à notre époque, plus qu'à l'avant garde au moment de leur construction.

Ils étaient d'ailleurs encore habité il y a peu de temps. Lors de ma visite en 2006, les derniers habitants déménageaient. Le phalanstère devait devenir et doit être maintenant un équipement culturel départemental.

Il aurait peut être été préférable d'en faire des logements d'urgence au regard du contexte actuel. Il aurait ainsi gardé sa vocation.

Par contre, je ne savais pas que Godin était un frangin. Je l'avais un peu deviné au regard de son oeuvre et par le fait que la guide avait dit qu'il était compagnon du devoir (à une époque, les deux parcours allaient souvent de pair. cf Agricol Perdiguier).