A lire absolument

Publié le

Bordel, si vous pouvez encore vous procurer Le Vatican, l'argent et le pouvoir de Frédéric Hacourt, aux éditions EPO, distribution Vie ouvrière, rue d'Anderlechit 4, 1000 Bruxelles, ne ratez pas cette occasion.
Je ne vous citererai que quelques extraits du cet intéressant et sulfureux bouqin : Le Saint-Siège peut ainsi se permettre de participer en première ligne à la spéculation immobilière dans la Rome moderne, ou agir sur le marché financier international comme n'oserait le faire aucun Etat. En cas de litige ou de mise en accusation, le Saint-Siège se retranche derrière la religion et le Vatican derrière la raison d'Etat. (...)
L'avertissement est brutal : il est interdit de critiquer la pape, même à travers le témoignage de tiers. Ce qui n'empêche le pape de prêcher partout la liberté d'expression. (...)
Le personnel employé auVatican comprend au total 3.000 personnes.(...) Leur traitement est inférieur au minimum vital reconnu en Italie où la plupart d'entre eux habitent (et où ils sont exonérés d'impôts).
L'ouvrage révèle, sans concessions (ce qui est bien la moindre des choses), les magouilles vaticanesques, les liens avec des membres influents de la Loge P2, etc... A mettre entre toutes les mains !
Hélas il a été édité en 1985... Mais en cherchant bien, vous en trouverez certainement un exemplaire chez un bouquiniste.

Second ouvrage, un petit chef-d'oeuvre : Paroles libertaires, recueillies et présentées par Roda-Gil. "A bas tous les pouvoirs". Albin-Michel édit .L'ouvrage est illustré magnifiquement par Ricardo Mosner.
Roda-Gil, lucide, y écrit ceci : Pendant la guerre civile espagnole, dernière bataille massive de la pensée anti-autoritaire, des hommes et des femmes, anarcho-syndicalistes, marxistes révolutionnaires ou sans parti, ont essayé , par millions, contre Hitler, Mussolini, Staline et Franco, et malgré la passivité des démocraties, de faire une réalité de leurs désirs. Certains, pendant l'épreuve, ont "renoncé à tout, sauf à la victoire". Certains même sont devenis généraux ou ministre... Comme si l'on pouvait changer le monde avec les armes de l'ennemi.

Le guerre civile espagole vit effectivement la trahison des communistes "orthodoxes", qui n'hésitèrent pas à retourner leurs armes contres les combattants marxistes anti-autoritaires du POUM (Parti Ouvrier d'Unité Marxiste), et les anarchistes. La thèse de l'assassinat du grand Durruti, "le lion", par les communistes, est celle qui tient le mieux la route.
Le démocraties regardèrent, sans pratiquement réagir,mourir  le régime républicain, légal. Il ne fallait pas fâcher Hitler et Mussolini qui, eux, aidaient les rebelles franquistes. Quelques vieux avions, quelques armes, et ... pas grand chose d'autre, voilà comment les "démocraties" française, belge, anglaise,  aidèrent les républicains. Les Brigades Internationales, composées de combattants venants de partout, furent dissoutes, encore une fois par lacheté et opportunisme.
En Belgique, le ministre des Affaires Etrangères, le socialiste Paul-Henri Spaak, reconnu le premuier le régime de Franco, contre l'avis du Président de son parti, Emile Vandervelde. Pas de sanction de la part du parti !

Les réfugiés républicains furent parqués, en France, dans de véritables camps de concentration.
 Hitler avait gagné la première bataille, par franquistes interposés. L'ignoble lâcheté des occidentaux fut, en quelque sorte, un blanc seing pour d'autres batailles.

Je ne résiste pas à l'envie de citer cette décision de la F.A.I. (Fédération Abnarchiste Ibérique) et de la C.N.T. (anarcho-syndicalistes), après la libération d'un village et la déroute (provisoire) des franquistes :
Toutes les personnes du village, homme et femmes, se mettront au service des camarades délégués armés au service de la communauté, afin qu'ils apportent au château tout ce qui pourra y être utile. Quiconque aura besoin de quelque chose sera secouru. L'argent est aboli et le communisme libertaire proclamé dans ce village.
Le Comité& de Mora de Rabielos
Front de Ternel, août 1936.

Et je termine par un autre extrait de cet ouvrage remarquable et émouvant :  Tous les arts ont produit leurs merveilles; l'art de gouverner n'a produit que des monstres. Saint-Just (Convention nationale du 24 avril 1793).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacques Cécius 28/09/2008 11:07

Tu as raison Piotr.
Les démocraties (quasiment toutes) se sont déshonorées en envoyant leurs dirigeants aux Jeux de Pékin. Economie oblige !

piotr 27/09/2008 17:15

Adolf, Staline peuvent revenir d'ailleurs ils sont revenus en Chine et agissent au Tibet ...dans l'indiférrence totale des pseudo démocraties ....et oui .....

Harmonie 27/09/2008 09:27

Je m'avoue assez indifférente aux magouilles du Vatican (n'étant pas catholique, je ne me sens pas particulièrement désolée) et je n'ai jamais eu aucune illusion sur les magouilles politiques en général. Tant que la laïcité est respectée... Et la tendance française actuelle à vouloir "dépoussiérer" la loi de 1905 me laisse plus que perplexe.
S'il s'agissait d'aligner enfin les régions à régime concordataire sur le principe de laïcité, je comprendrais.
Si on considérait que l'autorisation d'avoir un aumônier dans les lycées publics (mesure qui visait à ce que les élèves catholiques pratiquants ne soient pas empêchés de vivre leur foi et choisissent donc lesdits lycées publics) n'a plus lieu d'être aujourd'hui, grâce aux nouveaux moyens de transport, je comprendrais aussi.
Ceci dit, vu qu'ils se sont basés sur cette autorisation du religieux à l'école (et qui avait un sens en 1905, où les élèves étaient souvent internes et ne pouvaient aller à la messe si elle n'avait lieu dans l'établissement) pour subventionner l'enseignement privé, ça risquerait de provoquer pas mal de vagues...
Mais visiblement, je ne dois pas voir la "poussière" au même endroit que notre gouvernement...

Sinon, jacques, j'adore ton blog ;-)

Jacques Cécius 26/09/2008 14:50

Le réveil du religieux mène à tout. Notamment à des alliances qui semble, à première vue, contre nature.

nicolas dupond 26/09/2008 14:03

L'influence du vatican, tout un programme.

Selon l'UNADFI (association anti secte), la scientologie aurait conclu un pacte avec l'opus déi.

Comment récupérer par une autre méthode les fidèles perdus?