Etre catholique et franc-maçon ?

Publié le

Personne n'ignore les problèmes existant entre l'Eglise catholique romaine et la franc-maçonnerie.
Ce que le public sait moins, c'est que des catholiques pratiquants adhèrent néanmoins à l'Ordre, la plupart du temps à une loge reconnue comme "régulière" par la Grande loge unie d'Angelterre, laquelle s'est autoproclamée "Grande loge mère du monde" ! Quelques adeptes du catholicisme ont choisit, toutefois d'entrer dans une loge "irrégulière", c'est à dire faisant partie d'une obédience adogmatique, n'exigeant pas, comme Londres, la croyance en Dieu et en l'immortalité de l'âme.

Depuis 1738 Rome condamne la maçonnerie. La première fois par la plume du pape Clément XII qui fit publier une encyclique, In eminenti apostolatus specula, qui condamnait la franc-maçnnerie comme société secrête  et pour d'autres raisons justes et raisonnables connues de Nous.
 
Les maçons étaient désormais frappés d'excommunication, tout du moins dans les pays, ou le Parlement, comme en France, ne devaient pas enregistrer les bulles et encycliques. Dans le pays des Droits de l'Homme, les catholiques, comme en Belgique d'ailleurs contiuèrent à adhérer à la franc-maçonnerie, des loges existèrent même dans des couvents (masculins).

Quelles sont ces raisons, "raisonnables et justes" ? Les historiens de la maçonnerie ont émis des hypothèses diverses. En fait, la plus probable, c'est le "danger", pour un catholique, de sombrer dans le relativisme au contact des anglicans, protestants, déistes et théistes, majoritairtes dans les loges. Anglicans et protestants en Angleterre, déistes et théistes sur le continent.Il faut avoir le courage pour un chrétien de le reconnaître, le "premlier oecuménisme" est né de la constatation de la diminution du nombre des fidèles et de la crise des vocations. Tout du moins l'oecuménisme approuvé par le Vatican, carquelques prêtres eurent des problèmes avec la hiérarchie, étant considérés comme trop ouverts aux protestants et autres.
 Il est probable que la peur de l'athéisme marxiste ou autre, ait joué un rôle dans le fait que l'Eglise romaine accepta finalement un dialogue officiel avec les "frères séparés", protestants, anglicans, orthodoxes, monophysites.
Notons que d'autres papes que Clément XII, notamment Pie VII et Léon XIII, avaient  renouvellé la condamnation de leur prédécesseur.

Cependant, après la première guerre mondiale la haine que vouaient certains organes de presse catholiques envers la maçonnerie s'adoucit quelque peu, la fraternité dans les tranchées  ayant atténué la méfiance des catholiques envers les maçons et vice-versa.

Entre les deux guerres les obédiences "régulières" du continent tentèrent déja, très discrètement, de nouer des contatc avec Rome, sans grand succès . Le souvenir des luttes anti-cléricales, qui furent rudes parce que nécessité faisait loi, et que l'Eglise soutenait les forces réactionnaires et combattait "l'école sans Dieu", le souvenir de ces luttes, donc, était toujours vivant, même si atténué.


Après la seconde guerre, on pu noter une très légère acalmie. Pie XII, certes, ne fut pas tendre envers les "frères trois points", mais sans y aller de propos exagérément désagéables.

Surprise, mais  elle ne dura pas longtemps :  entre les années 1970 et 1980. En effet, les choses semblaient "s'arranger". Le cardinal Sepper, notamment,  écrivit aux évêques des Etats-Unis que la condamnation de Clément XII et l'article 2335 du Droit canon pouvaient être interprétées avec un certain relativisme.
Des maçons sautèrent de joie, pensant que la réconciliation était proche. Des Evêques estimèrent pouvoir donner l'autorisation à des fidèles d'entrer en maçonnerie. Mais la joie de ces frères (et soeurs) naïfs fut de courte durée.  En 1981, Rome rappela l'existence de cet article, qui ne pouvait être inteprété.

Deux ans plus tard le panzer-cardinal, Mgr Ratzinger, dont le nom vous dit certainement quelque chose,  et qui présidait la Sacrée congrégation pour la doctrine de la Foi, rappela vigoureusement que si l'excommunication avait été effectivement disparu du Droit canon, les catholiques ne pouvaient néanmoins pas entrer dans l'Ordre maçonnique sans se mettre en état de péché grave, et ne peuvent accéder à la Sainte Communion. Dixit le cardinal Ratzinger, au nom de la Congrégation pour la doctrine etc... et cela avec l'approbation du pape. Et vlan! passe moi l'éponge... Certains maçons tombèrent de haut.
Il y eut bien des protestations venant de prélats, de membres du clergé ou de simples fidèles, mais rien n'y fit et, aujourd'hui, cette déclaration reste valable. Il y a fort à penser qu'elle le  restera pour longtemps...

Parmi les catholiques non-maçons, mais partisans de la suppression de la persistance de la condamnation figurait un jésuite de grand format, résistant de la première heure et d'une tolérance rare malgré son attachement à une certaine tradition, le Révérend Père Riquet. ce prêtre remarquable, mais assez peu favorable envers la maçonnerie "irrégulière", fut reçu en loge par le grand maçon que fut Marius Lepage, successeur d'Oswald Wirth à la tête de la défunte revue "Le Symbolisme". Cette conférence en la loge de Laval (Mayenne), fit couler beaucoup d'encre et fut la cause de protestations, parfois véhémentes il faut le reconnaître, de quelques loges, du Grand Orient de France.

A suivre.





 

Commenter cet article

Père Ruque 21/10/2008 19:40

Droit dans le mur ! Ce pays créé de toute pièce par le diable boiteux va droit dans le mur !
Et les banques aussi - quoique....
Par les temps qui courent, mieux vaut avoir des bourses en action que des actions en bourse!

Jacques Cécius 21/10/2008 15:20

D'accord avec toi quant au dieu pognon.
Notre société va droit dans le mûr.
J'admire les stoïciens. Je rappelle que Marc-Aurèle en fut et dit des choses remplies de bon sens. Néanmoins il persécuta les chrétiens...
Comme quoi nul n'est parfait, moi excepté bien entendu !

Père Huque 21/10/2008 13:55

Je me trompe peut-être mais le catholique pratique la religion de l'église catholique romaine. Beaucoup se répandent en démarches propitiatoires. Le chrétien professe la foi en J.C. comme les coptes d’Égypte, les protestants et les orthodoxes. Ils sont chrétiens sans être pour autant des punaises de sacristie.
On ne parle JAMAIS – et c’est bien un tort – du caractère essentiel qui est justement de l’ordre de l’esprit et qui a trait à la vie spirituelle et qui dépasse de très loin les guéguerres intestines.
Autre chôse :
« Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon, disait le Christ. C'est d'ailleurs le message éternel de tous les prophètes. Mammon est le mal, la puissance démoniaque de l’argent dans les écritures apocalyptiques/ C'est vrai que la fortune des 200 personnes les plus riches du monde est estimée à plus de mille milliards d’euros... Je les cite parce qu’ils affichent publiquement leur foi en l’église catho. Romaine - une pensée émue pour l'âme de la soeur Emmanuelle et les chiffoniers du Caire...

Conclusion, ce système dégénère tellement que si Lucrèce en personne revenait parmi nous, il ne reconnaîtrait même plus ses frères épicuriens. Ces tares rétablissent le prestige des stoïciens qui prônaient la fraternité et l’égalité entre les êtres humains et ceci bien avant l'essor du capitalisme et du christianisme./…
maintenant, vu qu'il ne me reste qu'une bouteille de picrate, je vais quand même la siffler pour m'étourdir face à tant d'inégalités, et que Baal aille donc se faire foutre en fanfare !j'ai dit.

Jacques Cécius 20/10/2008 17:57

Père Hic,
Les troubles d'érection, de libido, c'est déjà mon lot !!!
Au sujet du Pinot je ne puis dire qu'une chose : qu'il te fasse du bien par où il passe !

Père Hic 20/10/2008 17:13

C'est intéressant. Je n'étais pas loin. Incroyable. Le troquet...je pense qu'on se tapera à coup sûr ou non les désagréments du retour d’âge avec les troubles d’érection, de mictions, de libido sans parler des cathéters pulmonaires voire même un déambulateur…
je me vois déjà afublé d'une bavette en plus d'un tablier - c'est pas grave - en attendant, je vais achever le litron de Pinot Noir 2004, Les quatres cloches - ca ne s'invente pas ! A ta santé, mon fils!