Discours après qu'un maçon ait été fait (2)

Publié le

Ce que l'Eglise romaine condamne, c'est l'universalisme vrai que nous vous proposons.


Le maçon se contruit lui-même. Il peut alors se passer de dogmes étrois. Le maçon revendique pour chacun la totale liberté, qui s'arrête, bien entendu, là où elle entrave la liberté des autres.

Rome dit "tu ne peux te libérer que par l'Eglise, et trouver ton salut que dans son sein". Les maçonns afffirment "nous cherchons et nous nous faisons dans le terrain sur lequel nous prenons racine". Cela ne voulant pas dire qu'un croyant qui refuse d'être astreint à obéir aveuglément aux dogmes ne peut devenir maçon. Vous trouvereaz chez nous des protestants, des israélites, des théistes, des déistes, des agnostiques, des athées. Des croyants libres et des libre-penseurs.


Mais il n'y a pas place en maçonnerie pour des théologiens obtus. Nous ne sommes pas contraints de chercher quel livre réputé saint peut nous révéler la "vérité", mais de comprendre ce que l'expérience vécue, et les difficultés surmontées, peuvent nous ouvrir.

Les démarches religieuses et maçonniques sont différentes, mais elles peuvent néanmoins aller de pair. Les adeptes libéraux des religions devront éviter de vouloir cependant bâtir un syncrétrisme mou, que nul viagra spirituel ne saurait faire se dresser vers les cimes.


La franc-maçonnerie libérale est adogmatique. Elle acceuille tout homme réputé probre et libre, selon la formule consacrée. Ecoutez ce que disaiut Pie XI : "En ouvrant leurs rangs à des adeptes qui viennent de religions diverses, ils deviennent (les maçons), capables d'accréditer ce qui consiste à mettre sur pied d'égalité toutes les forrmes de la religion. En fait, la Secte (c'est nous !) laisse entière liberté à ses adeptes initiés, soit pour affirmer l''existence de Dieu, soit pour la nier, et les uns et les autres sont aussi facilement admis à l'initiation". Ce qui prouve qu'on peut être pape et n'être pas con ! Mais ne vous faites pas d'illusions, il s'agissait de la condamnation de la maçonnerie, de la part d'un pontife qui, par ailleurs, ne manquait pas de qualités, et qui condamna le nazisme avec virulence.


Ce qui fait la gradeur de la maçonnerie libérale, par rapport à la maçonnerie autoproclamée "régulière, c'est qu'elle permet à ses membres le luxe de penser ! Et la possibilité de s'aimer par delà les différences, les barrières élevées par des malins pour tomper les sots.( Paraphrase di poème 'If" de notre frère Kypling).


Désolé, mes FF.°., mais vous ne faites pas partie désormais d'une société secrête. Désolé, vraiment... Mais d'une société discrête, trop àmon goût, qui a pour mission de révéler un secret. Et ce secret, le plus grand qui soit,  c'st votre personnalité vraie, que pas plus que vous ne connaissons.

Contrairement àce que dit ce vieux barbon de Ploncad d'Assas, pétainiste militant et anti-maçon, nos crémonies n'ont rien à voir avec je ne sais quel ésotérisme à la noix, voire avec la magie blanche, noire.


Vous allez devoir allier l'instinct à la Raison. Mais une raison qui ne devra point rejeter l'affectivité et les sentiments, mais au contraire les servir...

Il vous faudra avoir le courage quotidien de la participation à la vie, et concilier en vous deux choses qui  vous sembleront au départ contradictoires : la lutte contre touts les formes de souffrance et d'oppression dans le monde, et l'acceptation de souffrir intérieurement, afin de progresser. Progresser pour arriver à vivre lucidement l'idéal de Liberté, d'Egalité et de Fraternité.


D'autres que nous cherchent, dans diverses disciplines, souvent venues d'Orient, la sérénité. On leur propose parfois des acrobaties psychiques, à côté desquelles la méthode qui est la nôtre semble d'un simplicité déroutante pour les adeptes de brouillards et de prestidigitations spirituelles, mais lumineuses pour ceux qui la vivent. Je tiens à préciser que je ne vise ni l'hindouisme ni le bouddhisme, mais les succédanés qui s'en réclament en Occident.


La franc-maçonnerie doit prendre position sur les grandes questions de société qui se posent : montée des fascismes et des intégrismes religieux, mépris pour ceux qui, selon la parole biblique, "gagnent leur pain à la sueur de leur front", paupérisation, dévaluation de l'enseignement, terrorisme, etc... Chaque maçon, à défaut de voir la plupart des obédiences prendre position, devrait prendre dans le monde extérieur des positions fortes.


La maçonnerie n'est pas un cocon bien confortable dans lequelle des hommes et des femmes se mettent à l'abri des cris de souffrance des lépreux de notre société et des affamés d'autres continents.


Voiià, mes FF.°. Maintenant vous devez vous mourrir à la vie facile. Devenir une des feuilles dont parlait , dans se dernière lettre, Daniel Decourmanche, militant communiste fusillé par les nazis : "Je me considère un peu comme une feuille qui tombe de l'arbre pour faire du terreau. La qualité du terreau dépendra de celle des feuilles...".


Mais rassurez-vous, les saines distraction font partie de la vie maçonnique. Nous ne sommes pas des ascètes fanatiques, mais nous vivons, lors de nos banquets un hédonisme de bon aloi. Saint Augustin ne disait-il pas "Un saint triste est un triste saint!" ?


Maintenant, mes FF.°., faites votre devoir de maçons. Faites votre métier d'hommes. Assumez vos reponsabilités dans le monde, connaissant à la fois vos limites et les conditions de votre action.


Courage, mes FF.°. A l'ouvrage !



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacques Cécius 08/12/2008 13:58

Tu as raison.

Salut et Fraternité

burdeos 06/12/2008 08:30

Moi je préfère tutoyer le pontif, encore qu'il ne le mérite pas toujours !