Lorsqu'on prend les catholiques pour des andouilles...

Publié le

Il y a quelques années, lorsque, durant la guerre des Balkans, les Serbes opéraient une "purification ethnique", j'eus l'occasion de lire un mensuel protestant, dont l'éditorial avait été "pondu" par une pasteur très engagée dans le mouvement oecuménique.

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je lus, de sa plume, le récit suivant : un convoi humanitaire destiné à apporter des vivres et des vêtements aux bosniaques avait été arrêté par les habitants d'un village bien connu dans les milieux catholiques, Medjugorje. Les palabres furent inutiles, le convoi ne passa pas, et les militaires qui l'escortaient ne prirent pas le risque d'un conflit, très local peut-être, mais qui aurait pu avoir des conséquences désastreuses.

Medjugorje, Herzégovine occidentale, région à population croate catholique, dominée par les franciscains. Des franciscains très opposés au clergé séculier (!), et qui montèrent l'affaire, juteuse, des "apparitions" de la Vierge à des adolescents, dès le 30 juin 1981. "Apparitions" qui n'ont jamais cessé... alors que la Vierge avait dit qu'elle viendrait encore trois fois.

On était alors en plein réveil nationaliste croate, le maréchal Tito étant mort depuis une année environ, et la Yougoslavie se délitant. Le chef du mouvement, qui plus tard sera adulé par les démocraties occidentales, se nommait Franjo Tudman, décédé depuis, ancien admirateur des oustachis qui commirent les pires crimes au nom de la foi romaine. Tudjman était aimé des franciscain de la région qui rêvait d'en revenir au régime des oustachis pro-nazis.
La vérité ayant des droits il faut préciser que le clergé séculier ne suivait pas le mouvement.

Les fils de St François d'Assise mirent en oeuvre les "apparitions" mariales, qui allaient bien les servir, car ils allaient devenir les ambassadeurs de Marie dans le monde entier, ou presque. Et ils allaient pouvoir prendre le dessus dans la querelle avec le clergé.

La Vierge, lors des premières "apparitions",  s'efforça de faire en sorte que clergé séculier et les franciscains fassent la paix. Alors que les "messages" de Marie étaient transcrits par un franciscain, le Père Rapcic, les francisains ne l'entendaient point de cette oreille. Les "apparitions", c'était leur affaire, et à eux seuls.

L'évêque du lieu envoya des enquêteurs et, à la suite de cela, condamna le culte rendu à la Vierge, et interdit à ses prêtres d'organiser des pélerinages. Alerté le Vatican ne prit pas partie et considéra que si le fait de se rendre à Medjugorge pouvait aider les fidèles dans leur foi, et bien, mon Dieu (c'est lecas de le dire) il fallait laisser faire, tout en mettant en garde le clergé cependant. Car, il faut le souligner, à ce jour Rome n'a toujours pas reconnu les "apparitions!
 
Très vite, comme dans ce genre de phénomène, les habitants acueillirent, contre monnaie sonnante et trébuchante, les pélerins qui venaient de toute l'Europe et même d'autres régions du monde. Des magasins s'ouvrirent, médailles et chapelets s'arrachaient comme des croissants le dimanche matin.

Les franciscains se mirent en route. L'un d'eux vint à Banneux, haut-lieu de la piété mariale en Belgique, où, au cours d'un prêche il eut le culot monstrueux d'affirmer que le dogme de l'Immaculée conception reposait sur des versets de la Bible ! ! ! Interrogé, et très embêté, il finit par admettre qu'il avait évoqué un Evangile apocryphe...

En France, une communauté charismatique, qui a fait parler d'elle il y a quelques mois, au sujet d'une affaire de pédophilie réelle ou supposée, laisons la justice se prononcer sur la plainte déposée par quatre membres de la communauté, fit la pub de Marie de Medjugorge.

Une religieuse charismatique faisait beaucoup parler d'elle, et parlait beaucoup. On la rencontrait dans les ruelles et venelles de la "cité mariale" croate. Certains la considéraient comme prophétesse !

Il se fait que la bourgade de Medgugorge fut épargnée par la guerre et, miracle, un beau matin on trouva une bombe sur le seuil de l'église. Elle n'avait pas éclaté. Medgugorge était protégée par le Seigneur ! Hélas pour les thuriféraires des franciscains, on constata que l'engin ne portait pas la moindre gratte. Incontestablement il avait été déposé là durant la nuit ! Il n'empêche qu'aujourd'hui encore les adeptes de la Vierge de Mejugorge affirment le "miracle" et soulignent que la ville de Mostar, ou résidait l'évêque, décédé depuis, et qui s'opposait à la reconnaissance des "apparitions", avait ét détruite.
En fait, la région immédiate de Medjugorge n'avait jamais fait l'objet de combats, et c'était tbien la preuve de la protection de Dieu. Cela me fait penser à ce village, situé à moins d'un km de mon isba, où les habitants ont fait ériger une crois avec la mention "En remerciement pour la protection accordée par Dieu à notre village durant la guerre". Par conpersonnes. En souvenir les villageois ont fait édifier un monument aux morts... Il faudra vraiment que je me fasse expliquer pourquoi tel endroit est épargné par Dieu, et pas tel autre.


A SUIVRE











Commenter cet article

Jacques cécius 29/12/2008 13:58

Mystère nous dit on ...
Les réincarnationistes ont une réponse qui n'est pas inintéressante.

levy 28/12/2008 17:07

pourquoi tel est protégé tel autre non ....dans l'ancien testament ou le 1er testament on en parle il y avait aussi pourquoi un nouveau né est aveugle est ce sa faute ou celle de ses parents.....j'ai vu aussi le blog des francs macons a + jacques et bonnes fetes guy