Medjugorge (suite)

Publié le

Nous avons vu dans quel contexte sont nées les "apparitions" de Mejugorge : le renaisance du nationalisme croate, le confilt quasiment ancestral entre les franciscains qui  veulent tout régenter et le clergé séculier.

Parlons quelque peu des "mesaages" de la Vierge en ce lieu "privilégié". Leur banalité, du style "priez beaucop, soyez gentils, aimez vous" est afligeante. Non pas qu'il soit mauvais pour le métabolisme de prier, d'être gentil tout plein ou d'aimer les autres. Loin s'en faut.

Les susdits "messages" sont proches de ceux des milieux les plus conservateurs de l'Eglise romaine, et notamment le Renouveau charismatique et ses recommandations guimauves. Rien de novateur, comme le souligne la revue Golias (mai-juiin 2001).  La vierge est triste du manque de la tièdeur des chrétiens que chacun peut constater, pas besoin d'être Marie pour cela. Elle supplie ses "enfants" de prier le chapelet et de se confesser chaque semaine. Aux dernière noiuvelles les confessionnaux ne sont pas assiégés. "Priez, aimez" un modeste curé de campagne ne ditrien d'autre...

Une Eglise paralèle, toujours selon Golias, s'est créée dans le diocèse de Mostar.
 L'évêque du lieu est considéré comme moins que rien. Le clergé séculier est méprisé. Les marchands du Temple tiennent le haut du pavé, de concert avec les franciscains. Des mystiques à l'esprit embrumé se sont fait les thuriféraires de cet endroit où les miracles seraient légion, mais non constatés par une commission médicale.

Dans "Les faussaires de Dieu" (Presses de la Renaissance éd.) l'écrivain catholique Joachim Boufflet  a fait le point sur quelques "apparitions", dont Medjugorge. Golias n'hésite pas, dans une courte recension de l'ouvrage, qu'il m'a été donné de lire dans sa totalité,  Ambitieuse et exemplaire, cette plongée dans un univers singulier, aux confins du mysticisme, de la folie et de l'escroquerie, fait le point sur les caricatures et les plagiats du surnaturel. Loin de nier cette dimension du spirituel, la relecture critique de ces faits qu'on appelle miracles n'en permet qu'une meilleure connaissance, et ouvre la voie à un émerveillement authetique. En lisant ces lignes ont ne peut nier la foi de l'auteur. Mais une fois intelligente, c'est à dire méfiante.

Medjugorge, qui dure depuis vingt sept ans, un bail !, a attiré les naïfs et les "mystiques" les plus curieux. C'est ainsi qu'un peintre paysagiste de ma région, s'étant rendu sur les lieux, a exécuté un portrait de la Vierge. L'oeuvre terminée, il a découvert sur le tableau la colombe symbolisant le Saint Esprit ! Il avait peint ce charmant oiseau sans s'en rendre compte... De même, une bougie avait fondu en formant elle aussi une colombe.
Immédiatement, après que le peintre eut alerté le petit monde des catholiques prêt à tout croire, le magasin où sont exposées ses oeuvres, ma foi de bonne facture, est devenu lieu de pélerinage. Des groupes de prières se sont formés.

Dans mon patelin, une personne que je connaissais fut guérie d'un cancer après que le peintre eut prié à Banneux, autre lieu d' "apparitions" comme je l'ai déjà indiqué. Les yeux en larmes un ami catholique est venu me l'annoncer. Deux semaines plus tard le malade en question est... décédé. La chose n'a pas découragé  les disciples di peintre, et les groupes de prières ont continué à fonctionner durant plusieurs années.

En 2008 Rome n'a toujours pas reconnu les "apparitions". Il y a fort à parier qu'elle ne le fera jamais. Et que les "medjugogiens" trouveront des réponses à la question. Comme cette brave dame de ma patelin qui affirmait avoir conversé avec l'évêque de Mostar, lequel i lui avait dit qu'il ne pouvait reconnaître les "apparitions" pour ne pas avoir d'ennuis avec les autorités. Il ne les reconnu jamais. Il est d'ailleurs décédé depuis.

Si l'on veut gratter quelque peu, la plupart des "apparitions" sont suspectes, même aux yeux de certains chrétiens.
Pour en revenir à Banneux, l'évêque du lieu envoya un enquêteur sur place. Son verdict tomba : il n'y avait pas plus d'apparitions que d'arrêtes dans une banane ! L'évêque étant favorable, par contre, à ce quise "passait" là-bas, envoya un second enquêteur, plus docile. Son verdict fut que les visions de la petite fille qui avait conversé avec la"Vierge des pauvres" étaient authentiques. Voila comment on invente une légende... Et en ce débutde XXIe. sicèle des centaines de milliers de pélerins se rendent à Banneux, surtout venus d'Allemagne.

Autre anecdote : la "voyante" fut menacée lors d'une  l'audience aux Assises de Liège, dans une affaire de meurtre, il y a une vingtaine d'année, le Président du Tribunal estimant qu'elle de SA vérité et non de LA vérité. La chose fut relatée par la presse. L'Eglise fut gênée quelque peu aux entiournures...

Voila terminé ce petit voyage en Croatie. Il y aurait encore des choses à dire sur La Salette, et sur ce lieux d' "apparitions" au Rwanda, où survinrent des massacres sans nom... Mais demain nous passerons à autre chose.

Commenter cet article

piotr 30/12/2008 10:33

"Son verdict tomba : il n'y avait pas plus d'apparitions que d'arêtes dans une banane !"

lllooolll ....ce qui serait intéressant, c'est de parler des massacres de musulmans à Sarajevo ... par nos braves catholiques unis aux orthodoxes en la matière !

Piotr

Au fait, quel fut le message de l'ectoplasme en la matière ?