Billet de mauvaise humeur

Publié le

V u   à   l a   TV    ( La Une RTBF )  :

Dimanche à l'heure où la messe dominicale retransmise par A2 se termine, le journaliste Michel Bouffioux et un homme d'une trentaine d'années se trouvent sur le plateau, face à Michel Brebos.

Bouffioux et l'homme en question relatent comment ce dernier fut abusé par un cureton (chose qui devient banale).

Les faits sont semblent-il prescrits, mais la victime a contacté l'évêque Mgr Léonard, bien connu pour son conservatisme bien que, en son temps, il faut l'objet d'attaques de l'Opus Dei. Comme il se doit le digne prélat a tenté de minimiser les choses et de faire en sorte qu'on entende le bruit assourdissant des charentaises et non celui des brodequins des séminaristes, ou ex, et des enfants de choeur qui furent abusés, dans les sacristies, et, pourquoi pas dans la rue  pour manifester leur mécontentement face à cette position minimaliste pour le moins.

Le jeune homme fut envoyé dans un monastère norbertin. Là le Père abbé l'a sermonné et mal reçu ! Pensez donc, une victime qui se plaint... Après quelques jours il a compris et a quitté ces lieux bénits où se brasse, par ailleurs, une excellente bière.

Une nouvelle fois il s'est adressé à l'évêque de Namur, mais celui-ci est en retraite à défaut d'être retraité ce qui serait une excellente chose.

Mais que tout ceci est banal me direz-vous. Pourquoi faire du foin lorsqu'un prêtre se transforme en professeur d'éducation sexuelle, et qu'il est protégé par sa hiérarchie ? Ou dans le cas présent, puisqu'il semble le curé ait été prié d'exercer ses talents ailleurs que dans l'Eglise, lorsqu'un évêque demande à la victime de se taire ? Et bien parce que je ne m'y ferai jamais. Et je fais du foin.

Pour mables  fonctions d'enfant de choeur, je n'ai jamais été victime de quoi que se soit dans le genre. Mais je me souviens des confessions ou"l'Inquisiteur paroissial" s'intéressait particulièrement au "péché contre la pureté". Ce n'est  pas grand chose diront les belles âmes de la messe d'onze heures. Mais celà marque un gosse...

Malgré la reconnaissance des faits de pédophilie (plusieurs milliers aux USA), commis par des ecclésiastiques, reconnaissance qui a débouché sur des indemisations, dans certains coins on tente encore de faire en sorte que les victimes ferment leur claquet !

La justice ne devrait-elle pas condamner les évêques qui, finalement, sont complices, du fait qu'ils minimisent les choses ? Si ma mémoire ne me joue pas des tours, il me semble que cela a été le cas en France.

Alors, chez nous ? Intouchables les prélats ?

Entendrons nous, dans les prochains jours, s'exprimer le cardinal-archevêque de Bruxelles-Malines, Mgr Daneels ? Attendons de voir...  Sans trop d'illusions !






Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Patrick Vanden Berghe 19/08/2009 04:07

C'est très bien de dénoncer la pédo chez les curés. Que doivent penser les profanes sur les protections et les rites pédo de vous, maçons ?
Croquez du curé, croquons du maçon, la lutte antipédo y gagnera deux fois.

nicolas dupond 21/01/2009 09:44

Je ne pensais pas malheureusement pas à la pédophilie mais au fait "d'aller voir la femme des autres" (pour reprendre les paroles d'une chanson anticléricale).

Jacques cécius 20/01/2009 11:32

T'en fais pas, je ne les mets pas tous dans le même sac.
Mais, comme toi, c'est le silence de la hiérarchie qui me dégoute. Heureusement certains évêques agissent. Il faut le reconnaître.
Je ne suis pas sûr que la fin du célibat obligatoire aurait pour conséquence la disparition de la pédophilie au sein du clergé. Combien d'hommes mariés ne sont-ils pas pédophiles ?

nicolas dupond 20/01/2009 09:22

Bien que je n'aime pas beaucoup les curés, il ne faut pas généraliser tout de même: tous les curés ne sont pas pédophiles.

C'est comme quand les antimaçons nous traitent de mage noire ou autre.

Néanmoins, il est sûr qu'il y a des problèmes dans l'Eglise et qu'il faudrait certainement remettre en question le célibat des prêtres (qui ne sont pas en bois, quoique cela ne peut pas tout excuser).

Par contre, l'attitude de la hiérarchie éclessiale que tu décris (somme toute jésuitique)ne m'étonne guère.

C'est ce type de comportement qui soutient mon anticléricalisme.

Jacques cécius 19/01/2009 14:31

Tout bon !