Gaza - Obama

Publié le

Le 7 ocotobre 1980, suite à l'attentant contre la synagogue libérale de la rue Copernic à Paris, des milliers de maçon(ne)s défilent dans les rues de la capitale derrière une banderole : Liberté - Egalité- Fraternité.

Aujourd'hui, alors que les américains fêtent la prestation de serment d'Obama, les habitants de Gaza continuent à enterrer leurs morts. Quelques terroristes, certes, mais beaucoup d'enfants...

Alors que la folie des uns et des autres, les tirs de rokets du Hamas contre Israël - la riposte disproportionnée de l'Etat Juif, soulèvent le coeur des démocrates, j'aurais été heureux que les francs-maçons parisiens défilent, eux aussi, avec les autres mouvements, dont les juifs progressistes etles arabes modérés (qui sont majoritaires),mais en tant que francs-maçons.

Le message de la franc-maçonnerie est humaniste. L'Ordre a toujours voulu dépasser les clivages divers pour atteindre à l'universalité ("Les francs-maçons", revue Humanisme avril 1990).

Ceux qui défilent chaque année au cimetière du Père Lachaise, pour déposer des fleurs au Mur de Fédérés, auraient dû, tous décors dehors, manifester leur colère mais aussi leur sollicitude envers les familles de victimes des deux camps. Et autrement que par des mots.

Les FF.°. et les SS.°. qui se qualifient de spiritualistes me rétorquerons que la maçonnerie ne doit pas s'extérioriser. Que leur travail est la réflexion et non l'action dans la rue.

Certes, la loge est faite pour que les membres puissent écouter des orateurs, et ensuite réfléchir, rentrés chez eux, sur ce qui s'est dit à l'intérieurde ses mûrs. Ainsi, mieux armés ils peuvent s'exprimer sur les sujets sociétaux. Ils peuvent participer à la vie politique, syndicale, etc.

Il est des moments où les obédiences adogmatiques ne peuvent se taire. Ne peuvent rester au balcon.  Il n'est nullement question, pour les obédiences, de prendre position en faveur de tel ou tel camps, en l'occurence Israël ou la Palestine, mais de protester, publiquement, contre ce qu'il faut bien appeler, ici, des massacres atteignant la population civile. De part et d'autre,mais étant entendu qu'on ne peut comparer les tirs du Hamas et la répression israélienne.

Où est la maçonnerie d'antan, celle qui défilait dans les rues pour soutenir la démocratie, la République, la laïcité, l'enseignement public ?


========================================================================================


Revenons-en à Obama.

Nous ne pouvonsque nous réjouir de l'accession à la magistrature suprême d'un homme de couleur. Trop longtemps les noirs ont été victimes de l'apartheid, des linchages, des humiliations en tous genres.

La tâche devant laquelle Barak Obama se trouve est gigantesque : crise économique - guerres en Irak et en Afganistan - conflit israélo-palestinien - et j'en passe.

Il va devoir égalementrésister aux Eglise fondamentalistes qui exigent un retour au Moyen Age de la pensée.

Souhaitons lui bonne chance, mais n'attendons pas de miracles...

==========================================================================================

Pardon d'avoir été si bref, mais le temps m'est compté aujourd'hui. Et puis, l'essentiel serait que ces sujets suscitent un débat sur le blog.





Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacques cécius 20/01/2009 14:06

Crois bien que je ne suis pas un thuriféraire du Hamas. Ce sont de dangereux fanatiques.

piotr 20/01/2009 13:33

Gaza

d'un côté des extrémistes contre d'autres extrémistes ... avec une population comme jeu de quilles ... lorsque le Hamas proclame que le retrait des troupes israëliennes est un succès pour lui et la nation arabe ... que les troupes arabes ont été défaites en x jours mais que eux n'ont pas cédé ... lorsque ce même Hamas, parlant de Syrie bien à l'abri et loin de la population, déclare qu'il continuera à envoyer ses roquettes .. désolé mais où est la démocratie ...si le Hamas a choisi sa population comme arme ... j'ai beaucoup de mal à suivre le raisonnement de cette organisation.

Piotr