Réflexions sur les hiérarchies

Publié le

                                  Toute forme de hiérarchie tue l'humanité qui se trouve en l'homme !

                                                                           Elisée Reclus



Elisée Reclus disait aussi L'Anarchie est la plus haute expression de l'Ordre.

Toute forme de hiérarchie conduit à l'affrontement, à l'inimitié, à la haine...

Savez-vous qu'en Amazonie, le poumon de la terre qu'au nom de l'économie on tue un peu plus chaque jour, des multinationales pétrolières ou productrices de bois pour la construction ou l'ameublement, chassent les dernière tribus d'homme libres ? Et lorsque j'écris "chassent", le mot n'est pas trop fort, puisqu'il y a quelques années l'Occident a apprit, sans broncher, que des indiens étaient tirés comme des lapins afin de "nettoyer" les régions devant être déboisées !

Cela étant quelques tribus subsistent (jusqu'à quand ?), qui ignorent toute forme de hiérarchie, patriarcale, matriarcale, clanique, religieuse.
Les enfants ne font pas l'objet d'une éducation surveillée, et cependant pas de crimes, de vols, de viols, etc... La raison en est, évidemment, que ces micro-sociétés ne connaissent pas l'argent, les jeux vidéos violents. On n'y fait pas l'éloge de la réussitte sociale, puisque personne ne cherche à grimper au sommet de ce qui n'existe pas !
Les couples se font et se défont sans provoquer ce sentiment si répandu chez nous, la jalousie.

Bien sûr, comme je l'écrivais dans "L'Anarchisme : une utopie nécessaire ?" (Labor éd., Bruxelles), la moyenne d'age est moins élevée que chez nous. Mais la qualité l'est beaucoup plus !  Chez nous cette moyenne d'âge est plus ou moins de 75 ans, chez eux de trente ans. Certes... mais quelle vie !

Pas de médicaments, à l'exception de quelques plantes connues des femmes. Et cependant peu de maladies. La raison en serait-elle que ces gens vivent dans le bonheur que procure le farniente ? Influence du bonheur sur le physique ?  En effet, les hommes quittent leur hamac pour s'en aller chasser lorsque les hamburgers vont manquer. Entre deux hasses hommes et femmes sont allongés, rient, discutent, fument, pendant que les enfants jouent autour d'eux.

Cette vie n'est-elle pas plus belle que celle qui consiste à "se lever tôt" comme le dit Sarkoléon, à avaler en vitesse sa tasse de café lyophilisé, tout en fumant sa première cigarettes ?  La chose faite, c'est métro - boulot -TV -  dodo .

La chasse en groupe des indiens libres d'Amazonie est certainement plus agréable que le travail à la chaîne sous la surveillance de contremaîtres hargneux, et avec la peur des "dégraissements" (Dieu que l'expression est délicate !).

Les femmes, elles aussi, sourient en permanence, font à manger ensemble pour la tribu, font aussi l'amour lorsqu'elle en ont réellement envie, sinon elles envoient les mâles vers des cieux plus cléments. Et ceux-ci ne tapent pas sur les récalcitrantes. Ils ne font pas la gueule, comme nous, les mecs,  dans pareille situation, et s'en vont voir si une autre ne sera pas heureuse d'être "honorée".

Durant la guerre civile espagnole, en Catalogne, en Aragon, des communes libertaires furent créées, bouleversant la pyramide hiérarchique, balayant la propriété privée mais aussi les principes sacrés justifiant  la division dirigeants/exécutants, chefs/esclaves.... Le plus souvent les expériences furent spontanées. (>...)
Nombre d'ingénieurs, de techniciens, mirent leur expérience au service des collectifs gérant les usines. Les salaires furent égalisés et le vent anarchiste souffla sur quasiment toute l'économie (...) des cours d'alphabétisation pour adultes furent organisés. L'instruction obligatoire et gratuite jusqu'à 14 ans instaurée. Les soins médicaux devinrent gratuits. Tout était mis en commun...
(op. c.)

Mais  les libertaires commirent l'erreur monstrueuse de ne pas toucher aux banques. De plus, les communistes veillaient. Ils sabotèrent les communes libertaires, semant la terreur sur leur passage...
Communistes et réformistes favorisèrent la victoire de Franco...

La hiérarchie qu'avaient établie les anarchistes espagnols était celle du savoir et du coeur. L'homme peut se passer de hiérarchie : l'imagination et la compréhension intelligente des choses peuvent suppléer aux ordre de ceux qui s'enrichissent en faisant suer le burnous et aux humiliations de leurs sous-fifres, contremaître et chefs de service. (op. c.)

                                           

                                                Celui qui commande se déprave, celui qui obéit se rapetisse.


                                                                                                 Elisée Reclus



PS (pas le parti) : Ne rêvons pas, nous ne pourrons pas en arriver là dans notre société où l'économie nous pousse à nous endetter (bagnole - TV - vacances - etc.), nous paralysant ainsi, nous empêchant de nous révolter. Il faut payer les traites...
Mais il est permis de rêver (ce n'est pas encore taxé). Un jour peut-être l'homme se rendra compte de ce que la vie qu'il mène dans nos sociétés dites civilisées n'est la Vie...







Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

laurent 29/01/2009 10:01

Merci de ce texte passionné et passionnant.

nicolas dupond 28/01/2009 14:16

Encore un thème très intéressant.

Et le pis, c'est quand le pouvoir est confié aux ignorants du type "le nain" qui n'ont que ça pour s'amuser et écraser les plus intelligents puis tous les autres placés sous leur hiérarchie.