Pourquoi le réchauffement climatique va continuer.

Publié le

Une des première mesurs prises par Obama concerne le réchauffement climatique. Il se dit prêt à mettre tout en oeuvre pour une concertation avec les deux autres puissances polluantes, la Chine et l'Inde.

On ne peut qu'applaudir. Mais il n'est pas incongru d'être dubitatif. En effet, comment l'Amérique et l'Europe, qui polluent le monde depuis l'ère industrielle, vont-elles convaincre la Chine et l'Inde qui commencent à peine à se développer ? Et les autres qui vont suivre à moyen terme ?

Obama compte-t-il sur la valeur de l'exemple que nos nations industrielles  vont, pense-t-il donner (pour autant qu'elles le fassent) ? Que va-t-il répondre aux chinois et aux indiens qui lui diront  "alors, le développement ce n'est pas pour nous ?".
Je suis de ceux qui pensent que ces deux pays vont nous rire au nez.

La plupart des foyers, chez nous, ont un frigo, se chauffent au moyen de produits hautement polluants, fabriquent ou importent des centaines de milliers de voitures chaque année que Dieu fait (et Il ne cesse d'en faire), les déchets divers produits par notre développement démentiel s'accumulent, j'en passe et des pires...

Et nous voudrions que celles et ceux qui  crèvent au travail pour des salaires de misère ne puissent "bénéficier" du confort tueur ? Car le confort tue lentement mais sûrement. Non seulement les humains, mais la terre toute entière.

Chinois et indiens vont continuer à boulotter comme le faisaient nos grands-parents, de manière inhumaine, pour que les génératioins suivantes jouissent d'une vie "décente".  Ils savent que lorsque les voiture chinoises inonderont les marchés européens et américains, que l'acier indien aura éliminé celui produit chez nous, les salaires augmenteront. Et qu'il vivront "mieux".

Donc, ne comptons pas sur le fait qu'ils vont s'incliner devant nous qui empoisonnons la terre depuis des décennies et des décennies.

Je suis responsable de tous et de tout a écrit Lévinas.
 Une caricature parue dans un journal belge, il y a quelques mois montrait le globe terrestre, dont une voix émanait, suite à l'affirmation du philosophe : Même moi ? Tout est dit...
Non seulement les peuples en voie de développement ne vont pas arrê
ter de polluer, mais nous, habitants d'une portion du globe ou (presque) tout le monde a accédé au confort, ne sommes pas prêts à faire les sacrifices nécessaires pour sauver la planète.

Le mot d'ordre, chez le bon peuple, est "on s'en fout !". La chose dite les gens montent dans leur bagnole polluante pour conduire le mouflet à l'école située à 800 mètres... On chauffe la baraque jusqu'à 23°. On achête le lait et l'eau dans des bouteilles ou des boites à jeter. On crée des lotissement qui vont augmenter les risques d'inondations et, par dessus le marché, empêcher la pluie de pénétrer dans le sol ou se trouvent les napes d'eau que nous consommons. On bétone. On "tarmaquise". On pollue les rivières et ruisseaux, à telle enseigne qu'il est maintenant déconseillé de consommer du poisson d'eau douce, qui, lentement devient aussi dangereux que celui de mer, dont on sait aujourd'hui qu'il contient des métaux lourds, ceci étant surtout valable pour les poissons "de fond" (soles, plies, etc...).

Continuons l'énumération : les USA veulent exporter chez nous leur viande aux hormones. Notre bétail est nourri avec des saloperies industrielles, et non plus comme il y a un siècle, avec de l'herbe et du foin. Il faut que le blanc-bleu belge, le charolais, le limousin, etc,  grossissent, et vite. Alors je te pique, je te sers des aliments contenant on ne sait trop quoi.  Le résultat est là : maladie de Kreusfeld-Jacob et autres.

Parlons  des fruits et légumes. "Mangez des légumes ou des fruits cinq fois par jour" nous disent les diététiciens et autres nutrionionnistes. Ensuite les associations de consommateurs nous apprennent que ce produits sont traités au moyen de poisons interdits, mais qu'il est possible de se procurer avec facilité.
Les contrôles ? Ils existent mais force est de constater que presque rien ne change. Et dire que la calamiteuse Europe veut interdire les fromages au lait cru ! Nos technocrates sont fous à lier...

Déja nous mangeons du camembert "Précédent" ou "Coeur de cochon", asptisé, inodore et insipide. Mais en plus nous avalons des la laitues traitées avec des produits dangereux à long terme,   des soles limandes au cadmium et autres métaux lourds, de la viande provenant d'élevages, industriels pour la plupart et se fichant pas mal de ce que bouffent les bovins et les sympathiques cochons. Et cela dans une salle à manger surchauffée au mazout, avant de monter au volant de la bagnole qui rejette des particules polluantes, pour nous rendre au boulot, bien qu'existent des transports en commun...

Réchauffement climatique - bouffe empoisonnée - l'avenir est serein car les producteurs, une infime minorité mise à part, rigolent lorsque les écologistes et les associations de consommateurs dénoncent leurs pratiques douteuses. Tout comme rigolent les industriels en regardant le film d'All Gore, ancien vice-président des Etats-Unis, qui annonce la catastrophe qui est à nos portes.

Positivons nous disent les psy. Ah oui, alors que l'humanité court à sa perte ?  Nous avons moins besoin de psy que d'air pur et de bonne bouffe !

Commenter cet article

Jacques cécius 29/01/2009 13:52

Grand merci pour ce texte magnifique.
Jacques

maurice 29/01/2009 12:32

La terre et l'homme.
Nous sommes une partie de la terre
et elle fait partie de nous.
Les fleurs parfumées sont nos soeurs.
Le cerf, le chevreuil, le grand aigle sont nos fréres.
Les crêtes rocheuses, les sucs des prés, la chaleur du poney, et l'homme, tous appartiennent à la même famille.
Nous savons au moins ceci.
La terre n'appartient pas aux hommes,
C'est l'homme qui appartient à la Terre.
Toutes choses se tiennent.
Chef Seattle- Indien Duwanisch.