Soupe - Savon - Salut : une armée au service des pauvres

Publié le

A l'antimilitariste que je suis une seule armée est sympathique  l' Armée du Salut.

Oh, bien sûr, on peut lui reprocher de ne pas agir sur les causes, de ne pas prendre parti politiquement, et de voir seulement les effets pervers d'un système, le capitalisme, qui est impitoyable envers les petits. A vrai dire, la théologie de la libération parait plus efficace, reconnaissons le, mais elle a contre elle le Vatican...

Mais penchons nous néanmoins brièvement sur cette "armée" qui a sauvé des milliers et des milliers de sans logis, de va-nu-pieds.

Son fondateur : l'anglais  Williman Booth (1829-1912). Il est pasteur d'une Eglise méthodiste dissidente. Contrairement à certains de ses confrères la misère du peuple lui est insupportable. Des enfants malades travaillent 12 heures par jour dans des usines, des hommes crachant leurs poumons descendent dans la mine. Des veuves ou des filles mères en sont réduites à se prostituer pur nourrir leur progéniture.

Tout cela révulse Booth qui, s'il estime qu'un pasteur se doit  d'évangéliser, il a d'abord pour devoir de donner de la soupe - du savon - et ensuite de parler du salut. Mais également d'offrir la soupe et le savon à ceux qui n'en n'ont rien à faire du salut ce qui, à l'époque, soulève l'indignation des bien pensants.

Il estime, à juste titre,  que les Eglises ne sont pas proches du prolétariat et de tous les miséreux. Lui qui a fondé la Mission chrétienne, destinée à offrir la salut par Jésus, estime qu'on ne peut le faire "à des gens qui ont froid aux pieds  ! ".

Il met en place une structure à caractère militaire, dans laquelle les femmes sont appelées à jouer un rôle, et sont mises sur pied d'égalité avec les hommes. 
Ce qui compte, pour lui, c'est l'efficacité. Et pas d'efficacité, pense-t-il, sans obéissance à Jésus, une obéissance, répétons-le, toute militaire. Obéissance au message d'amour du Christ : j'étais nu et vous m'avez vêtu,  j'avais faim et vous m'avez nourri, j'étais prisonnier et vous m'avez visité c'est ainsi que les Evangiles présentent celui qui estimait, il y a deux mille ans, en terre de Palestine, qu'on le servait à travers les autres.
On peut croire ou ne pas croire, le message n'en reste pas moins magnifique. C'est peut-être le moment de dire, moi le croyant, que jamais Dieu ne condamnera celui qui ne l'a pas reconnu à travers les petits qu'il a aidé. La Charité, la vraie, celle qui va jusqu'au bout, passe avant la foi !

William Booth créedes écoles pour officiers salutistes, un uniforme et des grades "militaires". Lui-même est le général de cette armée pacifique.

Il crée des asiles de nuit où les pauvres hères sont nourris, logés et "nettoyés"; des maisons pour filles mères; des structures pour les malades. Il ne se contente pas de l'Angleterre industrielle et cruelle, mais il envoie des soldats soigner les lépreux et les forçats de Guyane.

L'Armée du salut, dès sa fondation lutte contre ces fléaux qui sont l'alcoolisme, la prostitution, la drogue, etc. Elle veut rendre leur dignité aux hommes dans une société indigne d'être qualifiée de civilisée.
Cela lui vaut des ennuis en tous genres. Certains maires interdisent à Booth de prêcher. La populace est excitée par la bourgeoisie qui l'encourage à  troubler les réunions, et à molester ces hommes et ses femmes qui ne leur veulent que du bien.

Mais William Booth tient bon. Son armée lutte contre la misère dans les  pays skandinaves, les Etats-Unis, plus tard  la France,  la Belgique,  l'Allemagne, sans oublier l'Afrique et l'Asie.
 La tâche est difficile mais l'Armée du Salut s'étoffe. Partout des havres de paix et de chaleur humaine sont ouverts. Booth est aidé efficacement par sa femme Catherine, dont le dynamisme est reconnu, même par ceux qui ne s'intéressent guère aux lépreux de la société.

Aujourd'hui le Quartier général se situe à Londres. Des "Ecoles de guerre" ont été créées, qui forment les "officiers" (pasteurs).
Un journal  est vendu dans les débits de boissons, restaurants, etc., et les bénéfices vont aux plus pauvres.

Les "officiers" sont au travail à plein temps, et rémunérés modestement, tandis que les "soldats" offrent quelques heures par semaine et aident dans  les asiles de nuits,  la distribution de nourriture. Les femmes battues, les anciennes prostituées, les couples en difficulté, les jeunes venant de milieux défavorisés et séjournant durant les vacan,ces dans des centres leur destinés, tous ceux là sont également aidés par les "officiers" et les "soldats".
 
Cette belle "armée" de la Charité existe dans plusde 80 pays. Elle compte plus ou moins 20.000 "officiers" et 3.000.000 "soldats".

Lorsque William Booth s'éteint en 1912, une foule immense suit le convoi funèbre, particulièrement des gens du peuple reconnaissants.

Pour terminer précisons que l'Armée du salut organise des cultes le dimanche, mais ne distribue pas de sacrements : baptême, communion. Lorsqu'un salutiste veut recevoir la  communion il se rend dans une église protestante pour ce faire.

Tout salutiste espère qu'un jour la justice s'établira, et que les gouvernements auront à coeur d'éliminer la pauvreté... Il est toujours permit de rêver, ce n'est pas taxé !

Il est facile de critiquer l'action des salutistes, mais allez le faire chez ceux qui reçoivent leur aide, ou qui sont redevenus des humains dans le plein sens du terme. Allez y  ! ! !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacques cécius 09/02/2009 09:57

Tu as raison, Piotr, une fois de plus...

Travaillons pour que naisse un monde plus juste et solidaire.

piotr 08/02/2009 19:28

Tout salutiste espère qu'un jour la justice s'établira, et que les gouvernements auront à cœur d'éliminer la pauvreté... Il est toujours permis de rêver, ce n'est pas taxé ! ... les rêves d'aujourd'hui peuvent devenir la réalité de demain ....

Piotr

Jacques cécius 08/02/2009 14:45

Je t'envie...
Et bravo pour avoir travailler avec eux, ils sont remarquables ces salutistes.

maurice 08/02/2009 13:25

J'ai été bénévole il y a quelques années avec un couple d'officiers de l'armée du salut à Dunkerque en France et dont l'épouse et la petite fille de William Booth le fondateur ce mouvement.
Inoubliable!!!!!!