Fortis (suite)

Publié le

Le non a vaincu. Les "petits" ( sic ) actionnaires, en fait des millionaires cachés, se sont  prononcé.  Mais c'est de justesse qu'ils ont gagné la partie : à peine plus de 50%? Soit...

Ce qui me "scie" c'est l'hypocrisie des dirigeants de cette banque qui déplorent qu'un chinois, Ping An,  ait fait basculer le vote vers le non.

Le capitalisme n'est-t-il pas international ? Ne s'agit-il pas d'une mafia ? Lorsqu'il s'agit de s'entendre sur le dos des populations, alors les capitalistes s'aiment, ils s'aiment...
Lorsqu'un de ces individus sans scrupules, car c'est le propre du capitalisme que d'être composés d'individus sans conscience, rue quelque peu dans les brancards, alors on feint de s'indigner. Mais soyez rassurés, bonnes gens, entre-eux ils rigolent de leur comédie répugnante et se tapent sur le ventre.

Mais à toute chose malheur est bon. Peut-être bien qu'au vu de ces magouilles, de la politique criminelle des multinationales, les peuples vont se révolter. Peut-être...

Il ne s'agit pas de parler ici de révolution. Hélas elles ont toutes échoué. Mais de saines révoltes, qui ne doivent pas déboucher sur l'érection ( ! ) de guillotines un peu partout, mais de réactions telles les grêves générales, les manifestations non folkloriques mais fermes, et avec la volonté de faire trembler les patrons.

Il fut un temps où lorsque les travailleurs borains ou liégeois descendaient dans la rue, les commerçants baissaient leurs volets par crainte que les vitrines ne volent en éclat.

Nos dirigeants politiques n'ont pas appris grand chose des évènements, en Belgique, de 1950 (affaire royale), ni de ceux de l'hiver 60-61. Ni de la manif des métalurgiste à Bruxelles, il y a une vingtaine d'années.  Ni de celle des agriculteurs peu avant. On peut toujours remettre ça !

Je suis pacifique par nature, mais lorsque le pot de chambre déborde, alors je me pose laquestion de savoir si le fait de ne pas réagir avec la vigueur nécessaire n'est pas criminel.

Pendant que les "petits" actionnaires votent des gens dorment sur les trottoirs, des jeunes ne trouvent que des emplois précaires (oh combien) dans les agences d'intèrim, ils forment la cohorte des nouveaux esclaves. Des petits pensionnés ne savent plus se soigner correctement. Des ménages avec enfants vivent dans des caravanes. Et j'en passe.

J'ai peur pour mes petits-enfants. Les vrais dirigeants sont les conseils d'administration des multinationales. Pas les ministres. Et les multinationales n'en n'ont rien à cirer de l'avenir des jeunes.

Le gouverneur de la Banque nationale, un certain Quaden, a déclaré il y a sept ou huit mois "les belges sont riches" ! ! ! La décence n'a même plus cours chez ces gens là.

Les riches ? Toujours plus riches !  Les pauvres ?  Toujours plus pauvres !  Jusqu'à quand ?





Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

piotr 12/02/2009 13:56

en effet la Belgique est riche ... mais en pauvres ...slogan du secours catholique français ....qui s'applique bien chez nous !

piotr