Et quid de la Belgique ?

Publié le

Le vôte négatif des actionnaires de Fortis, hier, place le ministre des Finances, Didier Reynders, dans une sale position.

A l'occasion de la saga (de la déglingue?) de Fortis, et du refus du plan concocté par le gouvernement, ressurgissent les problèmes communautaires.

La Flandre, majoritairement à droite et à l'extrême-droite, la Flandre arrogante, profite de l'occasion pour s'en prendre au mlinistre et, à travers lui, à la Wallonie.

Mais je ne vais pas évoquer les manoeuvres flamandes à l'encontre de Didier Reynders. Non, mais bien, et brièvement, l'avenir de la Belgique.

Primo : la Belgique a-t-elle encore un avenir ? Je ne le pense pas. Elle a été artificiellement créée en accollant deux nations, la flamande et la Wallone que tout séparait, et notamment la langue.

Très tôt les problèmes sont apparus. En 1913 un des leaders socialistes, Jules Destrée, y est allé d'une lettre au Roi Albert I Sire, il n'y a pas de belges !  La  guerre mit provisoirement le problème au placard.

Entre les deux guerres, le Mouvement frontiste, le Vlaams national verbond, et le Verdinaso première mouture, rallumèrent la mèche. Les deux premiers obtinrent des élus au Parlement. Beaucoup de ses militants collaborèrent avec l'occupant, comme le fit d'ailleurs Degrelle et son mouvement, Rex, en Wallonie.

La guerre terminée, les flaminguants la jouèrent calme. Mais pas pour longtemps.
Lors de l'affaire royale la Flandre vota majoritairement pour le retour de son exil doré de Léopold III, les Wallons, votèrent non. La Belgique avait voté"oui" àune courte majorité et grâce aux flamands.

Léopold III revint, soutenu par las Fladre et les cléricaux  Wallons. Des grêves violentes éclatèrent. Un ministre francophone alla jusqu'à traiter le roi de "premier des inciviques" !
Léopold III fut forcé d'abdiquer après que la gendarmerie eut abattu trois manifestants à Grâce-Berleur. Baudouin lui succéda, et le calme revint.

En 1960-61 à nouveau des mouvements de grêves éclatèrent, surtout, mais pas seulement, en Wallonie.
 Le leader syndical André Renard menaça de laisser s'éteindre les hauts fourneaux. Les revendications portaient sur la suppression d'une loi qui s'en prenait aux moins favorisés,( et que les socialsites appliquèrent par petits morceaux plus tard !),  sur le fédéralisme et les "réformes de structures", notamment la cogestion.
La Parti socialiste fit réimprimer la lettre de Destrée. Elle fut distribuée dans toute la Wallonie. Le mouvement Combat fut créé par Renard. Il dura plusieurs années et était le fer de lance des socialsites fédéralistes, opposés aux dirigeants plutôt belgicains.

Ensuite ce fut la scission de l'Université de Leuven (Louvain). Les flamingants, soutenus par une partie du clergé obtinrent le déménagement des francophones à Louvain-la-Neuve. La Flandre avait gagné la partie !

Par la suite la Belgique, malgré l'opposition de la droite cléricale et du palais, se fédéralisa. Puis se régionalisa. Aujourd'huice ce bout de terre de 10.000.000 d'habitants a un parlement fédéral - trois parlements régionaux - trois parlements communautaires !

Mais la Flandre en veut plus : le confédéralisme, dernier pas avant la rupture. Gageons, puisqu'elle est majoritaire, qu'elle l'obtiendra.

En attendant tout lui est bon pour attaquer la Wallonie, sa politique sociale et économique, et ceux qui tentent de l'appliquer.
 
Didier Reynders en sortira-t-il ?  Probablement, mais la Belgique sortira encore plus affaiblie de la crise. Et la monarchie ne saura s'opposer à la scission du pays, pas plus qu'elle n'a pu le faire à la fédéralisation et ensuite à la régionalistion. Il ne s'agit pas de s'en réjouir ou de le déplorer. C'est une constatation...




Commenter cet article

piotr 18/02/2009 10:57

1 belge sur 6 vit avec moins de 860 € par mois ... pas de quoi être fier d'être belge !

nicolas dupond 16/02/2009 08:51

Les flamands vu par notre Frère Jacques Brel (il n'y a rien à ajouter):

Les Flamingands, chanson comique !

Messieurs les Flamingants
J'ai deux mots à vous rire
Il y a trop longtemps
Que vous me faites frire
À vous souffler dans le cul
Pour devenir autobus
Vous voilà acrobates
Mais vraiment rien de plus

Nazis durant les guerres
Et catholiques entre elles
Vous oscillez sans cesse
Du fusil au missel
Vos regards sont lointains
Votre humour est exsangue
Bien qu'y aient des rues à Gand
Qui pissent dans les deux langues
Tu vois quand j'pense à vous
J'aime que rien ne se perde
Messieurs les Flamingants
Je vous emmerde

Vous salissez la Flandre
Mais la Flandre vous juge.
Voyez la mer du nord
Elle s'est enfuie de Bruges.
Cessez de me gonfler
Mes vieilles roubignoles
Avec votre art flamand-italo-espagnol.
Vous êtes tellement tellement
Beaucoup trop lourds
Que quand les soirs d'orage
Des chinois cultivés
Me demandent d'où je suis,
Je réponds fatigué
Et les larmes aux dents :
"Ik ben van Luxembourg".
Et si aux jeunes femmes,
On ose un chant flamand,
Elle s'envolent en rêvant
Aux oiseaux roses et blancs

Et je vous interdis
D'espérer que jamais à Londres
Sous la pluie on puisse
Vous croire anglais
Et je vous interdis
À New-York ou Milan
D'éructer Messeigneurs
Autrement qu'en flamand
Vous n'aurez pas l'air cons
Vraiment pas cons du tout
Et moi je m'interdis
De dire que je m'en fous
Et je vous interdis
D'obliger nos enfants
Qui ne vous ont rien fait
À aboyer flamand
Et si mes frères se taisent
Et bien tant pis pour elles.
Je chante persiste et signe :
Je m'appelle Jacques Brel"

Après avoir été ceux des nazis, les flamands sont maintenant les premier représentants de l'impérialisme US en Europe.

S'ils s'en vont, je ne pense pas que vous aurez une grande perte.

piotr 13/02/2009 16:56

et comme le disait un ami français ... un ministre à chaque coin de rue ....et un parlementaire dans chaque maison ....lllooll ... au moins ils ne sont pas des sans emploi même si leur emploi ne sert manifestement pas l'emploi ! Ceci dit ....quelle république bannière ... plus t'es con, plus tu risques d'être important en Belgique ! Suffit de les lire et de les regarder à la tv ... moi je les regarde plus car ils m'énervent, ceci dit nos camarades français ne sont guère plus futés ! !!!!

piotr