Les shakers, danseurs de Dieu

Publié le

Nous sommes dans le royaume d'Angleterre au XVIIIe siècle.

Deux membres de la Société des Amis (quakers), un certain John Wardley et Jame sa femme, se posent, comme le fit le fondateur du mouvement quaker, aujourd'hui assez divisé, George Fox, de nombreuses questions quant à la division du christianisme en de multiples Eglises, à la nécessité ou non d'un clergé, etc...

Anne Lee (1736-1784), une maîtresse femme, elle aussi membre du mouvement quaker, entend parler d'eux, fait leur connaissance et devient leur conseillère spirituelle en quelque sorte.

Dès ce moment, estimant que leur réunion n'est nullement le fruit du hasard, mais la volonté de Dieu, les trois ex-quakers annoncent la parousie, la seconde venue du Christ, en gloire, mais... sous la forme d'une femme !

Les disciples affluent, tant Anne Lee est convainquante. Cependant ils sont à ce point exhaltés que les autorités interviennent et font condamner la "prophétesse" et ses deux acolytes, qui font ainsi connaissance avec les culs de basse fosse de sa majesté.

Alors que tous trois se morfondent en prison, Anne Lee reçoit la révélation qu'elle est "le Christ féminin", "l'épouse de l'Agneau". Désormais elle se fait appeler Mother Anne.

Elle émigre alors, acompagnie de son époux et de quelques rares disciples, aux Etas-Unis. Là bas elle crée un communauté de "trembleurs" (shakers), l'United Society of Believers in Christ's Second Coming, dans l'Etat de New York.
Elle entreprend de parcourir une bonne partie des USA, et les conversions abondent.

Des groupes se créent, forment des communautés destinées à durer, au sein de laquelle chacun(e) donne ses biens, et où femmes et hommes sont égaux, de même que noirs et blancs.
Apparemment inconsciente du danger qu'elle fait courir à ses adeptes, Anne Lee décrète que la médecine n'est pas indispensable, la prière étant suffisante pour obtenir la guérison. Cependant elle ne l'interdit pas.
Les skakers sont tenus au célibat, ce qui ne constitue pas un obstacle à la propagation à leurs  idées.

En 1784 Anne Lee meurt, ce qui ne manque pas d'étonner puisqu'elle est le Christ féminin, la "mère du Millénium" (règne de Jésus durant mille ans après sa venue ou avant, selon que l'on croit au postmillénarisme ou au prémillénarisme).
Quoi qu'il en soit une nouvelle "Mother" reprend les rènes, une certaine Lucy.

Les adeptes faisaient partie de "familles" composées de frères et de soeurs, puisque les skakers ne se mariaient pas. Un stricte séparation des sexes était la règle, même durant les repas !
Il n'existait pas, à proprement parler, de clergé au sein des communautés, mais des anciens et anciennes, secondés par des diacres et diaconnesses.

Les cultes shakers duraient de longues heures, durant lesquelles les fidèles chantaient et, surtout... dansaient.
Les danses étaient très compliquées. Généralement les shakers dansaient en formant un  groupe qui tournait en rond. Ils battaient des mains et levaient haut les genoux. Le tout était réglé comme papier à musique.

Nos braves shakers, gens tolérants s'il en fut jamais, ne procréaient pas. La conséquence que l'on devine : le nombre des adeptes alla en diminuant.
Dans les années 1850 on comptait encore plusieurs milliers de fidèles. Aujourd'hui cinq ou six !

Ils se firent connaître dans le monde par leur mobilier, particulièrement  pratique. A tel point  que des ébénistes fabriquent encore aujourd'hui du mobilier shaker !

Il y a une dizaine d'années lors d'un reportage télévisé, les derniers shakers furent interviewés. Ils donnaient l'impression de gens très équilibrés au milieu d'un monde de fou !

Commenter cet article