Quand les maçon(ne)s se battaient

Publié le

Les grands noms de la maçonnerie ne sont pas les Guénon - Wirth- Boucher - Plantagenet - etc... pour qui la franc-maçonnerie était une forme d'ésotérisme.

Non ! Les grands noms sont à chercher parmi celles et ceux qui, parcequ'ils considéraient la maçonnerie comme un Humanisme, se battirent pour leurs frères humaisn.

Nous verrons aujourd'hui qui était Isabelle Gatti de Gamond (1839-1905), fille du peintre Jean Baptiste Gatti et de Zoé de Gammond écrivaine.


Une précision tout d'abord : l'obédience mixte Le Droit Humain n'existant pas encore en Belgique, Isabelle Gatti fut faite maçonne en France.


La mère de notre héroïne fut fourriériste
et se donna corps et âme à son idéal, y laisant pratiquelment toute sa fortune. Elle prônait une enseignemen basé sur la doctrine de Fourrier, et ouvert à tous, filles et garçons, ce ne qui ne manqua pas d'influencer sa fille. Elle écrivit d'ailleurs un manuel pédagogique, bien oublié de nos jours. Lorsqu'elle meurt Isabelle à dix-sept ans. Elle n'a plus comme ressource que de s'engager comme gouvernante dans une famille noble de Pologne.

La nostalgie du pays jouant, elle y rentra cinq ans plus tard. Son temps libre elle l'avait consacré à lire les philosophe, notamment Kant, et les historiens dont, entre-autres, Michelet. Elle est devenue férue de latin et de grec, et a commencé à s'intéresser aux grands problèmes sociaux, et à la misère qui est le sort du prolétariat.

Elle va rédiger une revue, "L'éducation de la femme", qui fera scandale dans les milieux cléricaux, et même chez certains personnages dits "avancés" (sic).

Elle se bat pur que le ville de Bruxelles créée un cours d'éducation pour les jeunes filles, dans lequartier du Marais, là où une Ecole porte son nom.

Féministe convaincue  elle écrit Alors qu'après un siècle de philosophie les bienfaits du savoir sont appréciés, les préjugés font que les femmes sont gardées dans l'ignorance.  Mais aussi : Qui dit solidarité dit émancipation universelle et donc féminisme. Comment l'humanité peut elle être divisée  en un sexe privilégié et un sexe asservi, sans que les souffrances et la dégradation de l'un réjaillissent sur l'autre ?

Isabelle Gatti est devenue socialiste militante, ne craignant ni les sarcasmes ni les injures. Elle adhère également aux principes de la Libre-Pensée.

Les femmes savent qu'elles s'affranchiront avec leurs frères et que leur vrai moyen d'émancipation c'est une inébranlable fidélité  aux principes.  (...) mais toujours l'inventeur éveillera l'hostilitgé des corps savants qui s'endorment dans leur routine. Toujours le novateur sera accusé de troubler les situations établies, de menacer l'ordre public, la famille et la propriété !.

Isabelle parcourt le pays en ardente propagandiste socialiste. Debout hommes et femmes, enfants, des deux hémisphères, célébrez dans toutes les langues (...)  le Premier Mai, la fêtes des délivrances de la lumière, du travail, qui est aussi le jour où sonnent plus haut les grandes revendications du prolétariat.  Même des libéraux s'indignent !

Elle ne s'arrête pas à son travail de propagandiste. Elle s'occupe aussi de  l'Orphelinat rationaliste de Bruxelles.

Voilà comment Bufquin des Essarts, militant socialiste comme elle,  en parle : Gatti de Gamond est une des personnalités les plus pures du parti socialiste auquel elle s'est dévouée sans réserves, lui apportant le concours de sa science vaste et profonde,  de son double talent d'écrivain et d'oratrice, de son  esprit pratique et de son admirable philosophie, faite toute entière d'une inépuisable bonté, d'une générosité sans limites et d'un  amour infini pour le peuple, les femmes du peuple, les enfants du peuple..

Elle sera membre du "Comité d'organisation du congrès féministe ouvrier",  secrétaire du "Comité national des femmes socialistes" et du "Conseil général du parti ouvrier belge".

Isabelle Gatti de Gamond, socialiste à une époque où celà attirait le haine de la bourgeoisie, libre-penseuse au sein d'une société belge éminamment cléricale, franc-maçonne alors que les frères, pour la plupart, ne voulaient pas entendre parler de l'entrée du sexe "faible" dans l'Ordre, décéda à Uccle (banlieu de Bruxelles), à la suite d'un opération.

Louise Michel Isabelle Gatti de Gamond, deux grands noms de la maçonnerie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

piotr 02/01/2009 20:10

Les hommes ne seront libres que lorsque les femmes seront libres, l'avenir socialiste est confiés aux jeunes générations. Le droit des femmes est une question posée. Elle restera à la conscience socialiste comme une épine, tant quelle ne sera pas résolue".

Isabelle Gatti de Gamond

"Elle s'occupe aussi de l'Orphelinat rationaliste de Bruxelles."

"Que sera l’Orphelinat laïque?
L’ancien système éducatif avait pour formule: la religion et le prêtre; le nouveau aura pour devise: l’hygiène et le médecin.(...)
Quand la vieille pédagogie parle de répression et de punition, la nouvelle parle d’attention vigilante et de soins physiques.
Les principaux traits de ces nouveaux établissements ont été ébauchés à Cempuis, et reproduits à Forest-Bruxelles: coéducation, instruction rationnelle, travaux manuels, culture des sens par la musique et le dessin, voyages, chants, etc."

Isabelle Gatti de Gamond